Homes Invasion : "SOS Home Invasion" de Télépolice.

   De plus en plus de home invasions en Belgique: qui est concerné et que faire?

 

 

 

Pour seulement 16.52 euros* par mois vous serez raccordé 24/24h avec un service spécifique et spécialisé dans les agressions.

Dans cette redevance est inclus la mise à disposition d'une centrale et d'un bip d'appel radiocommandé.

En option : Vous pouvez compléter votre dispositif avec d'autres points d'appel à

2 euros* par mois . Le point d'appel complémentaire : télécommande, bouton fixe d'appel, bouton discret.


Ce système vous permettra de disposer de point fixe d'appel sur votre lit par exemple, sur le rebord d'une chaise...

 

Et ce, en vue d'éviter de vous retrouver piégé par vos agresseurs avant de pouvoir lancer l'appel SOS Home Invasion.


Autre possibilité pour votre sécurité est l'option Live Guarding qui ajoutera une dimension visuelle à votre système Home Invasion par l'ajout de caméras avec un système d'enregistrement et de visionnage sur votre Télévision de salon ou dans votre chambre !

Mais cela est également possible sur votre smartphone lors de votre présence ou déplacement.


Cette dimension complémentaire à votre sécurité permettra également au centre de visualiser votre caméra lors d'un appel uniquement ! Cela permettra d'avoir des informations complémentaires sur votre situation de home invasion comme le nombre de suspects, le type d’armement..

Un complément de services à 23 euros* par mois incluant l'équipement ( une centrale vidéo et une caméra).


Vous pouvez également pour 15 euros par mois juste prendre la centrale vidéo en utilisant vos caméras si elles sont compatibles ou vos équipements pour 8 euros* par caméra !

 

* (tarif : h.t.v.a) Vous retrouverez également dans l'offre de SOS Home Invasion les équipements mis à votre disposition et le service pour vous assurer une sérénité dans votre domicile.

 

Bip d'appel radiocommandé

Télépolice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Pour nous contacter appeler le

 

 

 

 

Record historique de home invasions en Belgique

 

 

Trois caractéristiques des "home invasions"


Dans 40% des cas, les victimes étaient âgées de plus de 55 ans, et dans 20% il s'agissait de commerçants disposant de sommes d'argent importantes à domicile. Les home-invasions se définissent par trois caractéristiques: "Lors d'un home-invasion, à la différence des cambriolages, il existe une confrontation entre les auteurs et les victimes. De deux, la violence utilisée distingue ces faits des vols dans les habitations. Et de trois, les home-invasions sont systématiquement préparés à l'avance", explique Eddy De Raedt, commissaire divisionnaire à la tête du service criminalité contre les biens à la police fédérale.

 

Explosion des "home invasions"

Le nombre de cambriolages et d'invasions dans des habitations a fortement augmenté de puis 2009. La police fédérale s’inquiète de l’ampleur du phénomène.

 

Le nombre des "home invasions" est en hausse. De quoi s'agit-il ? Les cambrioleurs armés s’introduisent dans les habitations en présence du propriétaire, pour ensuite lui extorquer ses codes bancaires ou de coffres. L’an dernier, 316 agressions dans les maisons ont été recensées par la police fédérale. Soit 17,5% de plus qu'en 2008 et 50% de plus qu'en 2007 lorsque ce phénomène est apparu.

 

Mort d'un homme à Laeken

Il aurait été importé par des bandes itinérantes venant de Roumanie et d’Italie. Ces bandes s’en prennent physiquement aux habitants. Avec une violence de plus en plus marquée. Un homme a été tué en mars dernier dans ce genre d’attaque à Laeken dans sa villa.

 

Des bandes itinérantes

La police fédérale s’inquiète de l’ampleur du phénomène. En deux ans, la situation est telle que l’on enregistre presque une invasion de domicile par jour. Une recrudescence qui s’expliquerait notamment par la crise économique et financière.

A l'avenir, la police fédérale compte se concentrer sur les délinquants mineurs.



Journal télévisé de la RTL-TVI

 

 

Record historique de home invasions en Belgique (la DH)

Faits divers Selon les nouveaux chiffres que nous avons pu obtenir, Liège et Charleroi sont les villes les plus touchées par ces attaques.

434 faits en 2014. Soit plus d’un cas par jour. C’est énorme ! Ces chiffres, que nous avons pu obtenir en exclusivité, concernent les home invasions. Il s’agit d’attaques à domicile, similaires aux home-jackings, sauf qu’à la différence de ces derniers, les auteurs séquestrent leurs victimes tant qu’ils n’ont pas obtenu le butin espéré.

En novembre dernier déjà, la DH vous annonçait la montée inquiétante de ce phénomène. Désormais, chiffres complets de l’année 2014 à l’appui, nous pouvons confirmer que cette forme de criminalité explose en Belgique. Et principalement au sud du pays, avec plus de 60 % des cas enregistrés en Wallonie.

Toujours selon nos infos , les villes de Liège et Charleroi ont été les plus touchées par ce phénomène l’an dernier. À tel point que dans l’arrondissement de Liège, la lutte contre les home-invasions est devenue une priorité, comme nous le confirme le commissaire divisionnaire Fleron, directeur adjoint de la police judiciaire fédérale liégeoise. "En concertation avec le procureur du Roi, nous avons mis de gros moyens pour lutter contre ce phénomène. Grâce à toute une série d’actions concrètes sur le terrain, nous constatons désormais une diminution des cas ces dernières semaines."

Reste que le phénomène inquiète toujours la police fédérale. Les home invasions ont en effet doublé en quatre ans. Du côté du collège des procureurs généraux, on prépare une circulaire spécifique à cette forme de criminalité pour la rentrée prochaine.

À la différence des cambriolages, les home invasions impliquent donc un contact direct entre les victimes et les auteurs, généralement au nombre de deux ou trois. Contrairement aux vols classiques dans les habitations, les home invasions sont systématiquement préparés à l’avance.

 

"Home Invasion": le désarroi des victimes face à la violence des agresseurs

 

Journal télévisé RTBF

 

 

 
 

 

 
 

 

Home Invasions

Pénétrer à plusieurs dans un domicile. Puis menacer les occupants pour leur extorquer bijoux, argent... le plus souvent placés dans un coffre. Pour la justice cela s’appelle "un home invasion", un terme anglo-saxon où le mot "invasion" illustre parfaitement le ressenti des victimes. Au cours des cinq dernières années, ce type de criminalité sur le plan national est en augmentation. De cinquante-neuf cas recensés en 2011, on en était 179 en 2015.

Les auteurs agissent avec préméditation en préparant la confrontation

Dans ce type d'agression, les auteurs cherchent la confrontation violente avec leurs victimes dans l'habitation de ceux-ci. Les victimes en ressortent traumatisées sur une longue période. Chez ce couple habitant le Brabant wallon depuis de longues années, le cauchemar a surgi un soir de novembre 2014.

"On passe une bonne soirée jusque 18H30. Après le départ de ma filleule, on sonne à la porte. Je pense immédiatement qu’elle a oublié quelque chose. J’ouvre et je n’ai pas le temps de comprendre ce qui m'arrive, je reçois un violent coup sur la tête…"

La suite c’est l’épouse qui raconte :

"Ils étaient quatre mais deux dans la maison, deux autres dehors. L’un m’a aspergé de gaz. Ils voulaient la clé du coffre. J’ai été jetée au sol, le canon d’un revolver sur la tempe, chaque fois que je voulais répondre à leurs questions en tournant ma tête, il me frappait. J’étais pleine de sang. Je leur disais : 'Ne me frappez pas, je vous dis tout'"

Les voleurs ont emporté le disque dur du dispositif de surveillance

Le cauchemar va durer près d’une heure. Une éternité pour le couple. Les agresseurs partiront avec un butin confortable : "Ils ont emporté tous nos bijoux, mêmes nos alliances… l’argent liquide récupéré dans le petit coffre de l'étage car notre agence bancaire en travaux avait fermé les coffres de ses clients… Ils ont aussi arraché la télévision du mur, sans oublier d’emporter le disque dur où se trouvaient les images des caméras de surveillance de la maison."

Les auteurs n'en étaient pas à leur coup d'essai. Ils avaient pris le soin de camoufler leur visage et ont gardé leurs gants durant toute la durée de l'opération. La police dispose malgré tout d'éléments permettant de les confondre en cas d'arrestations ultérieures. Ils ne sont toutefois toujours pas identifiés. Le dossier est classé au parquet de Nivelles. En cas d'élément neuf, les autorités judiciaires peuvent relancer l'enquête.

Un déplacement de la criminalité vers les habitations privées

Plusieurs causes expliquent la hausse de ce type de délits. Il y a le contexte général de l'ouverture des frontières. Des bandes criminelles organisées peuvent se déplacer rapidement vers les lieux où des valeurs ont été repérées. Une autre explication, c’est l’augmentation des mesures de sécurité là où opéraient classiquement les bandes organisées : les banques, les transporteurs de fonds, les bijouteries, mais aussi les grandes surfaces. Le risque devient trop grand par rapport aux gains escomptés. Conséquence, la criminalité organisée se replie vers les petits commerces et les particuliers.

 Patrick Michalle et Quentin Warlop

Publié le jeudi 02 février 2017 Mis à jour le vendredi 03 février 2017 à 22h19
 
Des homejackings au cours desquelles les malfrats séquestrent leurs victimes tant qu''ils n'ont pas obtenu le butin espéré. 434 faits ont été commis en 2014. Liège et Charleroi sont les plus touchées.
 
 

Deux fois plus d'home-invasions en 4 ans

Sur les six premiers mois de l'année 2014, pas moins de 226 "home-invasions" ont été commis en Belgique, dont 60% des cas ont eu lieu en Wallonie. Ces violentes attaques à domicile ont doublé en quatre ans, rapporte La Dernière Heure vendredi.

Dans 40% des cas, les victimes étaient âgées de plus de 60 ans, et dans 20% il s'agissait de commerçants disposant de sommes d'argent importantes à domicile.

Les home-invasions se définissent par trois caractéristiques: "Lors d'un home-invasion, à la différence des cambriolages, il existe une confrontation entre les auteurs et les victimes. De deux, la violence utilisée distingue ces faits des vols dans les habitations. Et de trois, les home-invasions sont systématiquement préparés à l'avance", explique Eddy De Raedt, commissaire divisionnaire à la tête du service criminalité contre les biens à la police fédérale.

 

Selon les nouveaux chiffres que nous avons pu obtenir, Liège et Charleroi sont les villes les plus touchées par ces attaques.

434 faits en 2014. Soit plus d’un cas par jour. C’est énorme ! Ces chiffres, que nous avons pu obtenir en exclusivité, concernent les home invasions. Il s’agit d’attaques à domicile, similaires aux home-jackings, sauf qu’à la différence de ces derniers, les auteurs séquestrent leurs victimes tant qu’ils n’ont pas obtenu le butin espéré.

En novembre dernier déjà, la DH vous annonçait la montée inquiétante de ce phénomène. Désormais, chiffres complets de l’année 2014 à l’appui, nous pouvons confirmer que cette forme de criminalité explose en Belgique. Et principalement au sud du pays, avec plus de 60 % des cas enregistrés en Wallonie.

Toujours selon nos infos , les villes de Liège et Charleroi ont été les plus touchées par ce phénomène l’an dernier. À tel point que dans l’arrondissement de Liège, la lutte contre les home-invasions est devenue une priorité, comme nous le confirme le commissaire divisionnaire Fleron, directeur adjoint de la police judiciaire fédérale liégeoise. "En concertation avec le procureur du Roi, nous avons mis de gros moyens pour lutter contre ce phénomène. Grâce à toute une série d’actions concrètes sur le terrain, nous constatons désormais une diminution des cas ces dernières semaines."

Reste que le phénomène inquiète toujours la police fédérale. Les home invasions ont en effet doublé en quatre ans. Du côté du collège des procureurs généraux, on prépare une circulaire spécifique à cette forme de criminalité pour la rentrée prochaine.

À la différence des cambriolages, les home invasions impliquent donc un contact direct entre les victimes et les auteurs, généralement au nombre de deux ou trois. Contrairement aux vols classiques dans les habitations, les home invasions sont systématiquement préparés à l’avance.

En ce qui concerne le profil des victimes, elles sont, dans 40 % des cas, âgées de plus de 60 ans.

L’autre cible visée par les auteurs de ces actes violents, ce sont les commerçants. "Cette catégorie est particulièrement visée parce qu’elle dispose souvent d’argent liquide à la maison. Avec la sécurisation importante des banques et des magasins, les malfrats se tournent désormais vers cette nouvelle cible. Mieux vaut donc éviter de garder trop d’argent à la maison", conseille le commissaire divisionnaire Fleron.

 

Essentiellement le soir ou la nuit

Contrairement aux cambriolages, qui se produisent à toute heure de la journée, souvent l’après-midi d’ailleurs, les home invasions ont lieu essentiellement le soir ou la nuit.

Dans la plupart des cas, les auteurs de ces attaques à domicile connaissent directement ou indirectement leurs victimes. Ils obtiennent, préalablement au passage à l’acte, des informations précises sur leur cible, avant d’agir. Mieux vaut donc toujours opter pour la discrétion lorsqu’on cache, chez soi, des sommes importantes d’argent.

Nawal Bensalem LaDH

 


 

 

Télépolice est le leader dans les systèmes de dissuasion contre les risques d'agression et offre des technologies spécialement développées pour ce type de risques.

Simple à mettre en place, le système d'appel vous raccordera en direct sur le centre national de Télépolice et vous permettra lors d'une agression de la notifier en quelques secondes.
 
Cet appel permettra au service de la police locale d'être prévenue de votre situation de home invasion. De ce fait, la police pourra prendre les mesures adéquates face à ce type de situation !
 
 
La particularité du service est de viser spécifiquement le Home Invasion.
 
 
Ainsi, l'avantage pour vous réside que la notification sera liée à ce type d'agression (et non à une alarme généraliste habituellement traitée par les acteurs standards du marché).
 

élépolice avec le projet "SOS Home Invasion" vise la problématique que représente le Home Invasion qui consiste à venir vous surprendre dans votre habitation privée pour vous dévalisez sous la violence. .